Naissance de Red Rahamim, le réseau mexicain des religieux et religieuses travaillant contre la traite des personnes

Imprimer

05/10/2016

messicoCONTRE LA TRAITE - Depuis plusieurs années Talitha Kum (TK), le réseau mondial de la vie religieuse contre la traite des personnes était en dialogue avec la Conférence des Religieux du Mexique (CIRM), afin de promouvoir la collaboration et le réseautage contre la traite des personnes. Du 18 au 24 Septembre 2016, cette collaboration a porté à la création du premier parcours de formation pour les religieuses contre la traite des personnes. Le cours a été coordonné par Sr. Carmela Gibaja Izquierdo, représentante de Talitha Kum en Amérique latine et coordinatrice de Red RAMA, Sr. Eurides Alves de Oliveiera, coordinatrice du Réseau Um Grito pela Vida et par Stefano Volpicelli en qualité de formateur. 30 religieuses en provenance du Mexique et des pays voisins y ont participé.
Le Mexique fait le pont entre l'Amérique Centrale et du Sud avec l'Amérique du Nord. Profondément marqué par la violence des organisations criminelles, qui sont responsables entre autres de la traite des personnes.
Le Mexique est un pays d'origine, de transit et de destination des victimes de la traite. Les femmes, les hommes et les enfants sont exploités dans le commerce lucratif du sexe et dans les travaux forcés. Les principaux groupes en situation de vulnérabilité sont les femmes, les enfants, les peuples autochtones, les personnes handicapées, les migrants et les LGBT.
En plus des Mexicains au Mexique, les victimes de la traite proviennent principalement de l'Amérique Centrale et du Sud. Parmi les victimes identifiés dans le pays, surtout parmi les migrants en transit vers les États-Unis, certains étaient originaires des Caraïbes, de l’Europe de l'Est, de l’Asie et de l'Afrique.
Le cours de formation, telle qu’une graine plantée sur le sol, s’insère dans un contexte historique du Mexique, qui, au cours du mois de Septembre a fait mémoire et a revendiqué la justice pour les 43 étudiants disparus le 26 Septembre, il y a deux ans à Iguala dans l'État de Guerrero. Le mois de Septembre est marqué par l’assassinat de trois prêtres et par la campagne électorale pour le président des États-Unis, dont les débats engagent la question des migrations et la menace de la construction de nouveaux murs dans une discussion médiatique.
Au sein de cette réalité, la Conférence des Religieux du Mexique (CIRM), en conclusion du cours de formation, a décidé de créer le réseau Rahamim, parole qui signifie Entrailles de la Miséricorde. Le réseau fait partie du CIRM et il est membre de Talitha Kum. Avec Rahamim le réseau mondial de la vie consacrée engagé contre la traite des personnes ajoute un nouveau membre, et compte 19 réseaux, tous engagés à promouvoir dans leur pays et dans le monde entier des actions de prévention, de protection et d'assistance aux victimes et de sensibilisation contre la traite des personnes sous toutes ses formes.
En face de l'arrogance de la violence, les religieuses ont réagi avec la force génératrice de la bonté, de la miséricorde, que nous célébrons de manière particulière en cette année jubilaire. Le nom du réseau «entrailles de miséricorde» est une réponse concrète et courageuse à la violence criminelle et à l'insécurité causée par toutes les formes de violation des droits de l'homme, qui sont certainement parmi les principales causes de la traite au Mexique.
Les religieuses qui ont participé à la création du Réseau Rahamim se sont engagées à témoigner les valeurs de la miséricorde, de la compassion, de la liberté, en prenant soin de la vie des personnes plus vulnérables aux situations de traite à travers des actions d'accompagnement des victimes de la traite et de prévention soutenue par une meilleure connaissance, par l'étude de la réalité et par la formation.
L'engagement en réseau contre la traite des personnes s’insère dans la dimension prophétique de la vie consacrée qui déjà partage sa vie et sa mission avec des populations en situation de vulnérabilité, les migrants, les femmes victimes d'exploitation sexuelle, les enfants et les jeunes victimes et les jeunes dans les territoires qui subissent la violence de la part des organisations criminelles responsables de trafic de drogue et la traite des personnes.

Source : talithakum.info, 28/09/2016

AddThis Social Bookmark Button