Tanzanie : l’Eglise aidera à fournir un accès gratuit au test du VIH

Imprimer

20/03/2014

sidaSANTÉ - L’Eglise est en première ligne dans la lutte contre le sida en Tanzanie. Un accord entre la Fondation « Le Bon Samaritain » et le groupe pharmaceutique américain « Gilead Sciences » offrira prochainement un accès gratuit au test du VIH mais aussi des thérapies antirétrovirales pour environ 120.000 habitants du district de Shinyanga, dans le nord du pays. Des traitements qui restent encore extrêmement coûteux pour les Tanzaniens atteints du Sida, souvent très pauvres.

Instituée par Jean-Paul II le 12 septembre 2004, la Fondation « Le Bon Samaritain » a pour objectif de procurer des médicaments aux malades des pays pauvres, en particulier les malades du sida. Le pape Jean-Paul II l’a ensuite confiée au Conseil pontifical pour la pastorale des services de la santé.

« De manière concrète, des produits pharmaceutiques sont envoyés gratuitement dans les instituts médicaux, c’est-à-dire les hôpitaux, les centres de soin et les dispensaires de l’Eglise catholique actifs dans le monde, avec une attention particulière à ceux qui s’occupent de la prévention et du traitement du vih-sida« , explique Mgr Jean-Marie Mpendawatu, Secrétaire du Conseil pontifical pour la pastorale de la santé.

Cette importante aide est rendue possible sur le terrain par un partenariat entre la Fondation « Le Bon Samaritain »et une organisation américaine: le Catholic Medical Mission Board.  C’est cette alliance qui permet de venir en aide aux malades du Sida avec une « touche » particulière: les considérer comme des personnes avant tout, et non pas comme de simples numéros à qui l’on inocule un traitement.

L’Eglise catholique: un des plus gros dispensateurs de soins médicaux

Selon Mgr Mpendawatu, la distribution gratuite de médicaments antirétroviraux permettrait de doubler l’espérance de vie des personnes atteintes du VIH, qui passerait ainsi de 11 à 22 ans. Une espérance qui permettrait d’atteindre les objectifs du Programme des Nations Unies sur le Sida.

Même si elle ne prône pas le « tout-au-préservatif », l’Eglise ne reste pas inactive dans la lutte contre le Sida. Au contraire, elle est très active sur le terrain grâce à son formidable réseau de diocèses et d’associations locales. « Son œuvre d’assistance en faveur des malades, réalisée auprès des 120.000 hôpitaux et centres médicaux, est reconnue par tous comme une contribution importante dans le secteur. Et cela fait de l’Eglise l’un des principaux acteurs et dispensateurs de soins médicaux dans le monde. Des soins qui concernent l’homme dans son intégralité psychophysique, morale et spirituelle« , explique Mgr Mpendawatu.

 

Source: info.catho.be

AddThis Social Bookmark Button