Année mondiale pour la Forêt

Imprimer

 

JPIC - Temps de prière  - 2011- Année mondiale des Nations Unies pour la Forêt:  Cette Année mondiale aidera à mieux apprécier le rôle des forêts dans la conservation de la force et de la vitalité de la planète tout autant qu’elle contribuera à la réalisation de certains objectifs du développement mondial, spécialement ceux qui ont été précisés parmi les Objectifs de Développement du Millénaire.

Pour les copies de la prière en 18 langues voir:: http://jpicformation.wikispaces.com/EN_21March

Le document de la prière en italien est disponible aussi dans la section: "Documenti - Giustizia e Pace". Cliquez ici pour visualizer la Section.

Voir aussi: http://www.un.org/en/events/iyof2011/

 

L'ONU a proposé que 2011 soit l'année mondiale de la forêt, après que 2010 fut l'Année internationale de la biodiversité.
Le thème et slogan de l'ONU pour 2011 est « Les forêts pour les peuples ».

L'ONU veut ainsi promouvoir la bonne gestion, la conservation et le développement soutenable de tous les types de forêts de la planète.
Il s'agit aussi d'encourager un engagement politique plus fort, et de sensibiliser la société civile à mieux reconnaître « le rôle que des forêts gérées de manière durable peuvent avoir dans l’atténuation des effets du Réchauffement climatique global, ainsi que dans la fourniture de bois, de médicaments et de moyens de subsistance aux peuples du monde entier ».

La planète et l'humanité doivent faire face à une double crise, climatique et de la biodiversité. La forêt est impactées par ces deux problèmes et peut jouer un rôle de résilience dans les deux cas. Cependant, les constats alarmants des décennies précédentes sont confirmés par la FAO (Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture) qui confirme que les forêts ne recouvrent plus qu'environ 31% des terres émergées (un peu moins de 4 milliards d'hectares, qu'elles se sont dégradées presque partout et qu'environ 13 millions d'hectares de forêts (soit une surface presque équivalente à celle de l'Angleterre) sont annuellement détruit au profit de l'agriculture, de l'urbanisation, des routes, des mines, etc.
60 millions de personnes seraient employées par l'activité sylvicole et forestière, et la valeur du bois vendu chaque année approcherait selon la FAO environ 100 milliards de dollars, mais dans le même temps, la dégradation des forêts menace plus de 1,6 milliard de personnes qui dépendent directement et vitalement de écosystèmes forestiers pour leur subsistance. Ces personnes sont souvent pauvres, sans titres de propriété et mal défendues. 60 millions d'entre elles appartiennent à des communautés autochtones vivant dans et de la forêt.

Le contexte de cette année internationale est aussi celui de la préparation de la conférence Rio + 20 (prévue en 2012).
Rappelant ce fait, le secrétaire général de l'ONU lors du Forum sur les forêts a espéré que les pays sachent saisir cette chance de s'entendre sur la meilleure façon de réaliser le plein potentiel des forêts ; pour le développement durable, la stabilité économique, la lutte contre la pauvreté, et sur les efforts à faire pour à assurer la prospérité future de tous.

C'est le 2 février 2011, en conclusion du Forum sur les forêts, que l'Année internationale des forêts a été officiellement lancée, au siège des Nations Unies (New York), en présence de représentants des 192 États-membres des Nations-Unies, de nombreuses personnalités, dont le prix Nobel de la paix 1984, Wangari Maathai, et l'Ambassadeur de bonne volonté du Programme des nations-unies pour l'environnement (PNUE), Yann Arthus-Bertrand qui venait de terminer son dernier film « Forest » (diffusé en avant première mondiale, au siège de l’ONU).

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon a rappelé1 que :
« 1,6 milliard de personnes dépendent des forêts pour leur subsistance » ;
« les forêts sont essentielles à notre bien-être » ;
les forêts « abritent 80% de la biodiversité terrestre » ;
les forêts « stockent plus d'un trillion de tonnes de carbone » ;
« les émissions de gaz à effet de serre de la déforestation représentent plus que la totalité de celles des transports dans le monde » ;

« Les forêts sont à la fois une source d'abris, de nourriture, d'énergie et d'autres bénéfices essentiels pour l'écosystème. Elles sont littéralement les poumons de la planète », a aussi rappelé Joseph Deiss (Président de l’Assemblée générale de l’ONU).

Tout en reconnaissant les avancées du dernier Sommet de l’ONU sur le changement climatique, à Cancun, en décembre 2010, le secrétaire général de l'ONU a exhorté la communauté internationale à restaurer, protéger et gérer le patrimoine forestier mondial, ce qui nécessite de s'accorder sur les modalités d'une gestion plus soutenable du potentiel des forêts, « pour le développement durable, la stabilité économique, la lutte contre la pauvreté et nos efforts pour assurer une prospérité future à tous » .

« Les gouvernements ont fait un pas important vers la construction d’un futur caractérisé par une résilience au climat et une baisse des émissions de carbone. La série de mesures sur laquelle ils se sont entendus comprend des mesures de conservation et de gestion durable des forêts », a-t-il estimé, avant d’appeler les États-membres à poursuivre les efforts « sur la base de cette initiative prometteuse, afin que les générations présentes et futures continuent de bénéficier de la riche diversité des forêts ». Un des outils proposés est le programme REDD2.

Sha Zukang (Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires économiques et sociales), a quant à lui constaté que l'intérêt politique porté vers les forêts s’était accru mais qu'il devait maintenant se traduire en action et donc bénéficier de moyens financiers « Nous devons nous assurer que les milliards de dollars promis pour les forêts et le financement de la lutte contre le changement climatique soient vraiment versés et servent à une gestion soutenable des forêts ».

 

http://fr.wikipedia.org

Publié : 24/03/2011

AddThis Social Bookmark Button