English Français Italiano Espanol
Left cap
Right cap
Content top cap

De bons enseignants pour une bonne communauté

Envoyer Imprimer PDF

ÉDUCATION - Un enseignant qualifié et engagé à promouvoir une éducation de qualité est irremplaçable. Le JRS a appris cette leçon en plus de 15 ans de promotion de l'éducation au Soudan du Sud.

Il y a adapté sa contribution – d'abord en temps de guerre et puis dans un pays naissant. Pendant des années, le JRS s'est concentré sur le soutien à l'infrastructure éducative: construire et rénover salles de classe, dortoirs pour les filles, laboratoires et bibliothèques; fournir des aides à l'enseignement et à l'apprentissage; renforcer les capacités des organismes de gestion; fournir tables, craies et tableaux noirs; assurer les frais de scolarité des filles et des garçons en situation vulnérable. Une formation pour enseignants était également assurée mais le JRS n'avait pas l'autorisation pour être présent en classe afin de superviser les enseignants et les étudiants.

Les communautés bénéficiaires de Nimule, Lobone, Kajo-Keji et Yei ont apprécié la contribution du JRS, mais l'évaluation de 2010 a révélé un plus grand besoin. La fourniture de matériel n'est pas suffisante. L'alphabétisation, les mathématiques et les sciences restent très pauvres en primaire et secondaire. Un des problèmes identifiés est le manque de coordination entre les enseignants.

Le JRS a décidé de mettre en place des équipes de développement de l'école (SDT - School Developement Team) pour amener une transformation positive au sein de l'école par l'école. Chaque SDT se compose de trois enseignants expérimentés, formés et supervisés par le JRS, qui à leur tour encadrent, forment et encouragent leurs collègues. Après la formation des membres des SDT, le JRS a organisé des réunions mensuelles caractérisées par une approche personnelle et spécifique. Les réunions se sont révélées utiles pour les enseignants, qui rapportent avoir acquis des connaissances et de la confiance.

L'initiative a porté ses fruits. En tout, 36 écoles primaires et 16 écoles secondaires ont bénéficié du programme. Le JRS a développé des outils d'évaluation des progrès utilisés par les fonctionnaires de l'éducation et les membres des SDT. Ils ont constaté que l'enseignement en équipe a été introduit dans les écoles; la supervision par le JRS et le gouvernement s'est améliorée; enfin l'élaboration des modules d'enseignement marque de nets progrès. Le certificat d'enseignement secondaire a démontré des résultats probants en 2011, alors que sept des 10 meilleures écoles étaient prise en charge par le JRS.

Une autre étape positive – recommandée par les experts et initiée par le JRS – a consisté à soutenir l'utilisation des langues maternelles locales comme langues d'enseignement en primaire; les résultats en alphabétisation et en calcul se sont améliorés dans ces écoles.

Que va-t-il se passer maintenant que le JRS se retire? En août 2012, lors d'un atelier de formation, enseignants et représentants du gouvernement ont annoncé leur appui aux SDT. Cependant d'autres mesures doivent être prises pour motiver les enseignants. Un enseignant de niveau trois gagne environ 200 livres soudanaises par mois (équivalent à 50 US$). «Nous ne pouvons pas envoyer nos enfants dans des écoles décentes alors que d'autres scolarisent leurs enfant en dehors du Soudan du Sud», a déclaré un enseignant. Et un autre: «Nous avons l'obligation d'éduquer et de nourrir notre famille comme les autres». L'enseignement est un dernier recours pour les demandeurs d'emploi en raison du salaire.

Mais il y a bien d’autres défis. L'environnement familial n'est pas propice à l'apprentissage. Très peu de maisons ont l'électricité et la pauvreté est omniprésente. L'infrastructure pré-indépendance avait été détruite par des années de guerre civile. L'éducation n'est pas isolée des autres systèmes sociaux; résoudre les problèmes d'éducation doit aller de pair avec la lutte pour la santé, la sécurité, l'agriculture et autres services.

Pourtant, l'éducation est une clé du développement dans tous les sens. Sans investissements massifs dans nos écoles, le taux d'analphabétisme persistera au Soudan du Sud.

Dr Biryaho Francis est coordinateur de l’éducation du JRS Soudan du Sud. Cet article est issu de la dernière édition de Servir.

http://www.jrs.net

Publié : 11/01/2013

 

AddThis Social Bookmark Button
 
NEWSLETTER
Inscrivez-vous à notre "Newsletter" et vous recevrez régulièrement les principales nouvelles
captcha
Content bottom cap