English Français Italiano Espanol
Left cap
Right cap
Content top cap

Forum mondial de l’eau

Envoyer Imprimer PDF

 

FRANCE - Au cours de la sixième édition du Forum mondial de l’eau, qui s’est ouverte hier à Marseille, interviendront  pendant une semaine les représentants de gouvernements, d’organisations internationales, d’institutions locales, d’organisations non gouvernementales, de groupes écologistes et d’entreprises, pour rechercher des réponses à la question toujours plus urgente sur la manière de garantir à tous les citoyens dans le monde l’indispensable accès à l’eau potable.

Les organisateurs du Forum soulignent que ce thème crucial pour la vie humaine est trop souvent trop peu pris en considération dans le programme économique et politique mondial, malgré les mises en garde continuelles et les chiffres inquiétants diffusés par les institutions internationales. Les derniers en date mis à disposition des participants au Forum sont ceux diffusés par l’Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE), selon lesquels la demande mondiale en eau augmentera de 55% d’ici 2050, à cause  de la croissance démographique et de l’urbanisation galopante. L’ OCDE soutient par conséquent qu’il est nécessaire d’élaborer au plus vite une approche visant à «utiliser l’eau d’une manière rationnelle, ainsi que de fixer des tarifs adaptés pour décourager les gaspillages».

Au niveau plus strictement politique, prendront part au Forum de nombreux ministres et une dizaine de chefs d’Etat, ainsi que le président de la Commission européenne, José Manuel Durão Barroso. Au cours du Forum est prévue la souscription d’engagements communs en matière d’accès à l’eau. L’espérance des organisateurs, et en particulier du Conseil mondial de l’eau qui les coordonne, est que ce message d’intentions contienne une affirmation précise sur la ratification de la Convention de 1997 sur les cours d’eau transnationaux, approuvée par l’Assemblée générale de l’ONU, mais encore bien loin d’être partagée par la communauté internationale. Il s’agirait d’un pas en avant significatif, bien qu’encore symbolique, après celui fait par les Nations unies en 2010, avec la reconnaissance officielle du droit à l’accès à l’eau au nombre des droits bénéficiant d’une protection universelle.

Le programme du Forum mondial n’a toutefois pas convaincu tout le monde, en particulier parmi les organisations non gouvernementales engagées dans la défense de l’environnement et des droits de l’homme, qui la considèrent trop proche des intérêts des grandes entreprises et des institutions financières internationales. C’est pour cette raison qu’une centaine d’organisations ont prévu un forum alternatif qui, à partir du mercredi 14 mars, à la veille de la Journée mondiale de l’eau, réunira plusieurs milliers de délégués provenant de nombreux pays.

 

www.osservatoreromano.va

Publié : 14/03/2012

AddThis Social Bookmark Button
 
NEWSLETTER
Inscrivez-vous à notre "Newsletter" et vous recevrez régulièrement les principales nouvelles
captcha
Content bottom cap