English Français Italiano Espanol
Left cap
Right cap
Content top cap

Être l’enfant de Dieu

Envoyer Imprimer PDF

SPIRITUALITÉ - Dans ses réflexions, Jean Eudes parle du Baptême comme d’une nouvelle naissance, d’une alliance, d’un Baptême au nom de la Trinité et comme une expérience « de mort et de résurrection ». Ceci nous amène à découvrir dans le Baptême un cheminement vers une nouvelle vie.

Jésus invita les disciples à le suivre. Ils se réjouissaient de sa façon d’envisager la vie, d’aller vers l’autre, de comprendre la société dans laquelle ils vivaient et le voyait lui comme le possible libérateur d’Israël. Mais ils ne l’avaient en réalité pas compris. Au moment de la Passion et de la mort de Jésus, ils l’abandonnèrent, ils avaient peur et se sentaient déçus… Jésus n’était pas celui qu’ils pensaient, et ils le tuèrent comme les autres. Ils abandonnaient leur ami au moment le plus difficile de sa vie. Cependant, c’est à travers cette expérience pascale que ses véritables disciples le reconnurent comme étant le messie et décidèrent d’être fidèles à son nouveau projet.

Jean 20, 19-22… fait état de la rencontre des disciples avec le Christ crucifié et ressuscité, c’est le commencement de quelque chose de nouveau. Ce même soir, le premier jour de la semaine, les disciples avaient verrouillé les portes du lieu où ils étaient, car ils avaient peur des Juifs. Jésus vint, et il était là au milieu d'eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous »… De même que le Père m'a envoyé, moi aussi, je vous envoie… Recevez l'Esprit Saint…

Reprenons quelques aspects de cette expérience pascale :

1- Jésus fait irruption dans leur vie et leur ouvre une nouvelle voie. Cette voie n’est pas empreinte du ressentiment et de la violence, propres aux humains, elle est au contraire empreinte de réconciliation, d’amour et de paix. Jésus ne leur reproche rien. Ses paroles sont : “La paix soit avec vous”, et il leur montra ses blessures. Comme s’il leur disait : regardez, c’est moi, je suis vivant ; la peur ne doit pas être le centre de votre vie car la mort n’a pas le dernier mot. Dieu a envoyé son Fils pour donner la vie, la vie en abondance.

2- A travers sa présence, Jésus révèle le visage paternel et maternel de Dieu. Jésus sait qu’il est le fils aimé du Père. Il se sent donc le frère de tous les hommes et agit comme tel. Les disciples reconnaissent Jésus lors de cette expérience pascale. C’est à partir de ce moment que les disciples peuvent regarder sa vie autrement, comme une nouvelle manière d’être solidaire, d’inclure tous les hommes, de se rapprocher de ses frères et soeurs, de pardonner, de regarder et de toucher la réalité des plus nécessiteux, d’aller au-delà de ses propres limites. Ils comprennent à présent qu’ils ne sont pas isolés, hors de tout lien mutuel ; il a voulu au contraire en faire un Peuple1, la grande famille des baptisés au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit.

3- Jésus passe le relais à ceux qu’il a rencontrés pour continuer la mission. Cette mission, c’est le témoignage du nouveau règne de la paix, de l’amour, de la réconciliation et de la compassion, dont ils ont fait l’expérience.
C’est continuer « la vie et l’oeuvre de Jésus » (SJE), c’est pratiquer et transmettre cette nouvelle façon d’agir. SME fait écho à ce sentiment : “Mes chères Filles… Jésus-Christ le Bon Pasteur est le véritable modèle que nous devons tâcher d'imiter… Vous aurez les pensées, les sentiments, les affections du bon Pasteur, dont vous devez être les images vivantes au milieu de vos chers troupeaux” (Entretien 6).

4- “Recevez l'Esprit Saint” (Jn 20,22). Jésus se présente alors comme Celui qui les baptise dans l’Esprit Saint, faisant d’eux une nouvelle création et leur confiant sa mission. “Moi, je baptise dans l'eau… L'homme sur qui vous verrez l'Esprit descendre et demeurer, c'est celui-là qui baptise dans l'Esprit Saint. Oui, j'ai vu, et je rends ce témoignage : c'est lui le Fils de Dieu.” (Jn 1, 26-34). Ceci est la grande confirmation qu’ils ont été choisis pour témoigner de leur expérience. L’Esprit Saint sera leur guide, leur force, leur lumière et leur consolation.

Nous comprenons mieux à présent pourquoi SJE parle du Baptême comme d’une expérience pascale. Par le Baptême nous renaissons à une vie nouvelle, la vie de la nouvelle famille de Dieu, qui marche dans les pas du Christ, envoyée pour témoigner de sa venue avec la force de l’Esprit.

Nous reconnaissons en Sainte Marie Euphrasie et en Saint Jean Eudes, une femme et un homme conscients de leur engagement baptismal, de leur expérience de la paix, de l’amour et de la prise en compte des personnes exclues. Ceci naît de l’Esprit et de la conviction d’être fille et fils aimés de Dieu.

Questions pour la réflexion :
Comment est-ce que je comprends mon propre Baptême ? Est-ce un épisode significatif dans ma vie chrétienne ou simplement un évènement important de mon enfance ? Est-ce que je vis mon Baptême comme une proposition de vie dans la paix, l’appartenance à un tout, l’amour et la fraternité ? Comment puis-je m’ouvrir à l’Esprit afin de me sentir pleinement fille et fils de Dieu, appelé ou envoyé pour vivre quelque chose de nouveau ?


Prière :
Jésus, je t’adore comme mon Chef
que je dois suivre et imiter en toutes choses,
selon la profession publique et solennelle
que j’en ai faite au Baptême…
et que je veux renouveler aujourd’hui.

Jésus, donne-moi la grâce d’accomplir parfaitement cet engagement.
Accomplis-le toi-même en moi et pour moi,
selon toute la perfection que tu désires.
(Prier avec Jean Eudes, page 5)


Suggestion de Lectures :
Entretiens de Sainte Marie Euphrasie, Chapitre 6
Lectionnaire propre à la Congrégation de Jésus et Marie, 1989, Chapitre 27-33
Alison James, Knowing Jesus, London: SPCK 1993 & 1998
Alison James, Beyond Theory: a salvific unpicking of Atonement’s knots, article

 

www.buonpastoreint.org

Publié : 19/01/2012

AddThis Social Bookmark Button
 
NEWSLETTER
Inscrivez-vous à notre "Newsletter" et vous recevrez régulièrement les principales nouvelles
captcha
Content bottom cap