English Français Italiano Espanol
Left cap
Right cap
Content top cap

Les disparitions forcées

Envoyer Imprimer PDF

JPIC - Les disparitions forcées – hommes, femmes, enfants recrutés pour le narcotrafic... - sont un fléau au Mexique.

Les media internationaux  ont évoqué ces situations dramatiques ces derniers mois. Ils ont informé sur  la « Marche pour la Justice dans la Paix et la Dignité » lancée à travers le pays par le poète-journaliste Xavier Sicilia après l'assassinat brutal de son fils de 24 ans et de 5 compagnons le 28 mars.

Au mois d'août, Consuelo Morales et le CADHAC ont participé avec des proches de personnes disparues à une journée de travail organisée par la Procure générale de la Justice de l'Etat de NL, journée qualifiée de « porteuse d'espoir ».

Le 6 octobre, nouvelle séance de travail. Il s'agit de faire reconnaître que la disparition forcée doit être considérée comme un crime spécifique. Le Dr Alan Garcia du Haut Commissariat des Nations Unies pour les DH  au Mexique apporte l'argumentation internationale : 3 éléments constituent la « disparition forcée » : privation non-volontaire de liberté, participation d'agents de l'état (policiers municipaux, ministériels et officiels, membres de la force armée, terrestre ou marine), refus d' information sur l'endroit où se trouve la personne disparue.

CADHAC a pu constater au cours de cette journée la qualité de l'engagement des participants et la présence des familles et des proches de victimes de disparitions ...

NL est en crise en raison de l'infiltration de la délinquance organisée dans les institutions de police et de justice de même que d'agents du gouvernement, soutenus par une participation d'entrepreneurs à haut revenu. Comme l'écrit Miguel Concha, journaliste à Mexico et dominicain, on ne sait jamais si les violences sont le fait de groupes criminels ou d'agents de l'Etat.

Un fait nouveau et surprenant : 73 policiers de NL ont été arrêtés et placés en détention préventive  sur la présomption de liens avec le narcotrafic. Certains ont été torturés par des éléments de l'agence d'état pour les investigations. Un alcade a annoncé le licenciement de 261 policiers municipaux. Nous avons appris hier l'arrestation de policiers dans les communes rurales et la mort de 4 personnes à Sabinas Hidalgo, NL, tombées aux mains de l'armée.

NL a créé une « Force civile », un nouveau corps de police qui devrait être fiable,  sur le modèle de la Police d'état . L'armée et la marine sont aussi appelées en renfort. 

Mais, d'après CADHAC, ces arrestations massives, illégales et arbitraires de policiers des différents corps de l'état en NL  sont extrêmement préoccupantes. D'après leurs proches ils sont enfermés dans des maisons d'arrêt et soumis à la torture, à des traitements cruels, inhumains et dégradants tels que chocs électriques, asphyxie au moyen de  sacs plastic, bastonnades, agressions sexuelles, etc.  On leur fait payer même l'usage des toilettes, 100pesos (10dollars) pour un appel téléphonique local, pour pouvoir disposer d'un oreiller, etc.

L'arrestation préventive est une forme détestable  de violation des DH : les autorités arrêtent avant d'enquêter au lieu d'enquêter avant d'arrêter. On ne combat pas l'illégalité par l'illégalité. CADHAC exige des autorités la cessation immédiate de ces arrestations, des tortures et autres mauvais traitements ; les professionnels de la santé doivent avoir accès aux détenus. Les responsables de ces abus doivent être traduits devant la Justice.

CADHAC insiste sur la solidarité avec les victimes et l'exigence d'une justice rapide et adéquate. Il est indispensable de s'attacher aux processus légaux pour favoriser les chemins de justice et de paix... dans le cas contraire, impunité et corruption continueront à augmenter.(1)


M.P. Cartuyvels,
avec les documents du CADHAC et de la presse mexicaine, article relu par Consuelo Morales


(1) CADHAC est soutenu par d'autres mouvements internationaux et locaux. Mais sur le terrain local, il est la seule organisation dont l'objectif premier est de défendre  le respect des droits des citoyens...  un courage qu'il faut saluer.

 

Publié : 14/10/2011

AddThis Social Bookmark Button
 
NEWSLETTER
Inscrivez-vous à notre "Newsletter" et vous recevrez régulièrement les principales nouvelles
captcha
Content bottom cap