English Français Italiano Espanol
Left cap
Right cap
Content top cap

Pape François - Rencontre avec le clergé, les religieux, les religieuses et les séminaristes

Envoyer Imprimer PDF

 

10/07/2015

ÉQUATEUR - Discours du Pape François a le Sanctuaire National Marial “El Quinche”, Équateur, mercredi 8 juillet 2015 :

 

Chers frères et sœurs,

J'apporte aux pieds de Notre Dame de Quinche tout ce qui a été vécu durant ces jours de ma visite ; je veux déposer dans son cœur les personnes âgées et les malades avec qui j'ai partagé un moment dans la maison des Sœurs de la Charité, et aussi toutes les autres rencontres que j'ai eues auparavant. Je les dépose dans le cœur de Marie, mais je les dépose aussi dans votre cœur : prêtres, religieux et religieuses, séminaristes, afin que, appelés à travailler dans la vigne du Seigneur, vous soyez des gardiens de tout ce que ce peuple de l'Équateur vit, de ce dont il pleure et de ce dont il se réjouit.

Je remercie Monseigneur Lazzari, le Père Mina et Sœur Sandoval pour leurs paroles, qui me donnent l’occasion de partager avec vous tous certaines choses dans la commune sollicitude pour le peuple de Dieu.

Dans l'Évangile, le Seigneur nous invite à accepter la mission sans poser de conditions. C'est un message important qu’il ne convient pas d’oublier et qui, dans ce Sanctuaire dédié à la Vierge de la Présentation résonne avec un accent spécial. Pour nous qui, comme elle, avons reçu une vocation, Marie est l’exemple du disciple. Sa réponse confiante : « Qu’il soit fait pour moi selon ta parole », nous rappelle ses paroles aux noces de Cana : « Tout ce qu’il vous dira, faites-le » (Jn 2, 5). Son exemple est une invitation à servir comme elle.

Dans la Présentation de la Vierge, nous pouvons trouver quelques suggestions pour notre propre appel. La Vierge Enfant a été un cadeau de Dieu pour ses parents et pour tout le peuple, qui attendait la libération. C'est un fait qui se répète fréquemment dans l'Écriture : Dieu répond au cri de son peuple, en envoyant un enfant, faible, destiné à apporter le salut et qui, en même temps, restaure l'espérance de parents âgés. La parole de Dieu nous dit que dans l'histoire d'Israël, les juges, les prophètes, les rois sont un don du Seigneur pour  faire parvenir sa tendresse et sa miséricorde à son peuple. Ils sont un signe de la gratuité de Dieu : c’est lui qui les a élus, choisis et envoyés. Cela nous éloigne de l'autoréférentialité, nous fait comprendre que nous ne nous appartenons plus, que notre vocation nous demande de nous éloigner de tout égoïsme, de toute recherche de profit matériel ou de compensation affective, comme nous l’a dit l'Évangile. Nous ne sommes pas des mercenaires, mais des serviteurs ; nous ne sommes pas venus pour être servis, mais pour servir et nous le faisons dans un total détachement, sans bâton et ni sac.

 

Discours préparé par le Saint-Père

 

Source:vatican.va

 

 

AddThis Social Bookmark Button
 
NEWSLETTER
Inscrivez-vous à notre "Newsletter" et vous recevrez régulièrement les principales nouvelles
captcha
Content bottom cap