English Français Italiano Espanol
Left cap
Right cap
Content top cap

Le pape invite à éduquer à la différence comme « antidote à la violence »

Envoyer Imprimer PDF

29/01/2015

Le-pape-inviteDIALOGUE INTERRELIGIEUX - Le pape François a salué l’existence depuis cinquante ans d’un « institut explicitement dédié à la recherche et à la formation des personnes œuvrant au dialogue avec les musulmans », estimant nécessaire ce travail dans la durée. « Peut-être aujourd’hui plus que jamais, nous avons un tel besoin parce que l’antidote le plus efficace contre toute forme de violence est l’éducation à la découverte et à l’acceptation de la différence comme richesse et fécondité », a-t-il déclaré, en allusion implicite aux heurts entre communautés chrétiennes et musulmanes frappant divers lieux du monde actuellement.

Le pape recevait au Vatican, ce samedi 24 janvier, les participants à un colloque international intitulé « Étudier et comprendre la religion de l’autre » organisé pour les 50 ans d’établissement à Rome du Pisai, l’Institut pontifical d’études arabes et d’islamologie.

Ni approximation, ni improvisation

Dans son discours, lu en italien, il a vanté les mérites de cet institut qui permet une étude approfondie et dans la durée de l’islam, avec « patience et humilité », « parce que l’approximation et l’improvisation peuvent être contre-productives ou même cause de gêne et embarras ». Il a apprécié à ce sujet que le Pisai ne se limite pas à la superficialité, aux stéréotypes et idées préconçues, comme sous-entendant qu’ils peuvent prévaloir ailleurs.

Le pape a estimé que « des progrès ont été réalisés » dans le dialogue interreligieux « au cours des dernières années », « en dépit de quelques malentendus et des difficultés ». Un écho possible à l’émotion suscitée, malgré lui, par Benoît XVI dans le monde musulman à la suite de son discours à Ratisbonne en septembre 2006 sur foi et raison.

« Ferme dans sa propre identité »

Rappelant la « paternité spirituelle d’Abraham » liant personnes de différentes religions, comme il l’avait fait lors de sa visite sur l’Esplanade des Mosquées à Jérusalem en mai dernier, le pape François a toutefois mis en garde contre un « syncrétisme conciliant » qui conduirait à un « totalitarisme sans valeurs ». Lui-même personnellement engagé dans le dialogue interreligieux, comme ses récents voyages l’ont manifesté ou encore son message envoyé pour la fin du Ramadan, il a souligné de nouveau la nécessité de reste « ferme dans sa propre identité » pour « croître dans la connaissance réciproque ».

Fondé en 1926 en Tunisie par les Pères blancs (Société des missionnaires d’Afrique), ce qui est a pris le nom actuel de Pisai a été transféré à Rome en 1964 à Rome. Établi dans le quartier du Trastevere, il accueille des étudiants d’horizons divers?: religieux, diplomates, chercheurs,.. Le pape a souhaité qu’il devienne plus encore « un point de référence pour les chrétiens qui travaillent dans le champ du dialogue interreligieux ».

Source: La Croix, 24/01/2015

AddThis Social Bookmark Button
 
NEWSLETTER
Inscrivez-vous à notre "Newsletter" et vous recevrez régulièrement les principales nouvelles
captcha
Content bottom cap