English Français Italiano Espanol
Left cap
Right cap
Content top cap

Madagascar - Au-delà des barreaux

Envoyer Imprimer PDF

23/09/2014

antananarivoTÉMOIGNAGE - Depuis plusieurs années, le V.I.D.È.S. - Volontariat International Donna (femme) Eduquer Sviluppo (développement) - reçoit de nombreuses demandes de volontariat d'été car certains étudiants souhaitent vivre des vacances riches de rencontres et de découvertes. C'est pourquoi le V.I.D.È.S a lancé cette année le projet Madagascar, en collaboration avec l'association « Grandir Dignement », fondée par David et Hélène Muller, eux-mêmes anciens du V.I.D.È.S. 

Les treize volontaires du V.I.D.È.S ont travaillé dans le centre de rééducation des jeunes placés par la protection sociale de l'enfance, et dans la maison d'arrêt pour mineurs de Tananarive, prenant le relais des animateurs en vacances. Virginie Mérel, salésienne de Don Bosco, et organisatrice du voyage, témoigne de cette mission qui a transformé les jeunes qu'elle accompagnait.

On est très loin du respect des droits de l'enfant, même si l'association Grandir Dignement œuvre déjà pour réhabiliter les lieux, permettre aux jeunes d'avoir un repas par jour et faire de l'éducation. Les jeunes incarcérés doivent être enfermés dans les dortoirs de 18 h à 6 h. Les lits sont de grandes planches où tous s'alignent côte à côte sur un grand matelas qui couvre toute la surface du lit . Cette promiscuité suscite violence, pédophilie, abus sexuel, maltraitance.

La vocation de Don Bosco est née dans ce cadre là, en visitant les prisons de Turin. Les jeunes ont été interpellés par l'actualité du charisme salésien et du système préventif dans la prison de Tananarive. Le soir à 17 h, tous les jeunes sont appelés à se mettre au garde à vous, font un salut militaire, un signe de croix et on les envoie derrière les barreaux. Nous étions là et c'était terrible de voir les petites mains qui se tendaient vers nous à travers les barreaux.

Ils attendaient notre arrivée avec impatience. En dehors de nous, il n'y avait aucune distraction, ni animation. En temps normal, il y a des formations telles que de la vannerie, des cours professionnels, le travail du cuir, la fabrication de savon mises en place par  Grandir Dignement. Mais ces formations étaient suspendues pendant les vacances et nous prenions le relais.

Les préparations des animations pour les jeunes étaient très riches : on s'est parlé, écouté, on s'est laissé déplacer par une autre façon de raisonner et de penser l'animation. Nous avions peu de moyens. Nous avons organisé un pôle « jeux de société », un autre avec des jeux sportifs (olympiades...), un autre avec des petits jeux d'animation et un autre avec du travail manuel : scoubidous, bracelets en plastique et brésiliens, mandala. Et chaque fin de semaine, il y avait un « temps fort » sous forme de kermesse, de grand spectacle, de tournoi. Le V.I.D.È.S a offert des lots et à la fin on a offert 200 polaires et le goûter aux jeunes.

Les Malgaches sont assez réservés, discrets mais très accueillants et courageux. C'est un peuple très digne et qui reste digne malgré la pauvreté dans laquelle il vit. Ils se battent pour survivre, ont un très grand sens de l'effort. Ils n'hésitent pas à faire 15 km à pied pour une messe. Les jeunes volontaires ont aussi fait une belle découverte de la famille salésienne là-bas. Ils ont été sensibles à l'accueil reçu chez les sœurs salésiennes auxquelles ils ont rendu visite : joie, chants... Ils ont touché du doigt l'universalité de la famille salésienne. 

Source: Agenzia Info Salesiana, 17/09/2014

AddThis Social Bookmark Button
 
NEWSLETTER
Inscrivez-vous à notre "Newsletter" et vous recevrez régulièrement les principales nouvelles
captcha
Content bottom cap