English Français Italiano Espanol
Left cap
Right cap
Content top cap

RDC - Celebration du centenaire de la Famille Paulinienne

Envoyer Imprimer PDF

 

18/08/2014

NOUVELLES 2014 - C'est déjà le jour J du Centenaire - Nous nous approchons du jour j avec une méditation du Fondateur à l’occurrence du 40ème anniversaire de fondation. Mais encore une fois nous vous invitons à être avec nous ; nous vous attendons pour célébrer et fêter ensemble!

"Le 20 août 1914, avec une heure d’adoration du Très Saint Sacrement et la bénédiction de la petite typographie, on constituait la Famille paulinienne sous le titre de “École Typographique Petit Ouvrier”. Peu de pièces, peu de jeunes, petite chapelle. La préparation avait été longue en attendant que, dans la lumière de Dieu, chaque chose soit claire et concrétisée, et que la divine Providence donne les moyens. La nature et la grâce ont toujours avancé dans une action tellement sage et suave, combinées par le Seigneur, que souvent, on ne pouvait pas distinguer les deux parties. Connaissances de choses et de personnes, lumière divine, conseil du Directeur spirituel, autorisation et encouragement de l’Ordinaire.

L’Église dédie ce jour à la mémoire de Saint Bernard, Docteur. Cet homme avait dominé son siècle politique et religieux; il avait su concilier la contemplation la plus haute et l’apostolat le plus mouvementé; il avait été un écrivain doucereux et audace, au point de rappeler les Puissants de la terre et de devenir un maître pour le Pape. Ce nom était donc de bon augure pour le programme à développer. Quelques instants après la fonction, une nouvelle arrivait à Alba : «le Pape Pie X est décédé». Avec la persuasion qu’il s’agissait de la mort d’un grand saint authentique qui serait exalté un jour, la petite initiative fut mise aussi sous sa protection. Le pontificat de Pie X avait été un pontificat-miraculeux, de l’élection à l’immolation. Le lendemain, la “Gazette d’Alba” publiait cette conviction et confiance, même si ce fut en termes un peu vagues.

Joseph François Re, évêque sage et juste, qui gouverna l’Église d’Alba durant plusieurs années, porta pour ainsi dire la petite œuvre sur ses bras, pendant de nombreuses années, jusqu’en 1927 lorsque, grâce à ses lettres et à ses témoignages, Rome l’approuva canoniquement. Il fut l’Évêque providentiel. Presque la totalité du clergé d’Alba vit l’initiative avec sympathie et envoya des encouragements, de belles vocations et beaucoup d’aide financier. Il est juste de se souvenir des vicaires de campagne, de plusieurs autres curés, de prêtres excellents et de coopérateurs laïcs : entre tous, le pieux et savant Chanoine François Chiesa. La Famille paulinienne leur exprime sa reconnaissance; elle les a fait participer au fruit des 2 400 saintes messes célébrées chaque année pour les Bienfaiteurs.

La reconnaissance la plus vive va à Jésus, Divin Maître, dans son Sacrement de lumière et d’amour; à Marie, Reine des Apôtres, notre Mère et Mère de chaque apostolat; à Saint Paul Apôtre, qui est le vrai Fondateur de l’Institution. En effet, il en est le Père, le Maître, le modèle, le protecteur.
C’est Lui qui a fait cette famille avec une intervention tellement physique et spirituelle que, même à y réfléchir maintenant, nous ne pouvons pas bien la comprendre et encore moins l’expliquer. Tout vient de Lui, l’interprète le plus complet du Maître divin, qui appliqua l’Évangile aux nations et appela les nations au Christ. De Lui, dont la présence dans la théologie, dans la morale, dans l’organisation de l’Église, dans les adaptations de l’apostolat et de ses moyens aux temps est très vive et substantielle; elle le restera jusqu’à la fin des siècles. Il a tout promu, tout éclairé, tout alimenté; il en fut le guide, l’économe, la défense, le soutien, partout où la Famille paulinienne s’est établie. Il méritait la première église et la belle gloire qui le reproduit dans son apostolat et dans sa paternité envers les pauliniens.

Ça ne s’est pas passé comme lorsqu’on élit le protecteur d’une personne ou d’une institution. Ce n’est pas nous qui l’avons élu; au contraire, c’est Saint Paul qui nous a choisis. La Famille paulinienne doit être Saint Paul vivant aujourd’hui, dans l’esprit du Maître divin; agissant sous le regard et avec la grâce de Marie, Reine des Apôtres.

L’heure venue – quarantième anniversaire –, à l’approche du grand moment de rendre compte, je reste pensif et humilié pour ce que le Seigneur attendait de plus et qui n’a pas été fait! Cette expression peut-elle en surprendre quelques-uns? Elle ne le devrait pas! La divine Bonté a accumulé dans la Famille paulinienne une telle richesse de grâces et ouvert des voies si larges qu’elle peut et doit œuvrer davantage.  Grâce principale : des Prêtres très dignes en raison de leur intelligence, de leur dévouement, de leur fidélité; des Disciples qui tendent vers de nouvelles initiatives; des Sœurs : Filles de Saint-Paul, Sœurs Disciples, Soeurs du Bon Pasteur pleines de zèle et œuvrant en de nombreuses directions. Et toutefois, chacun de nous doit avancer jusqu’au bout de ses forces; jusqu’à pouvoir dire «consummatum est». Et nous obtiendrons beaucoup! Dans la mesure de la sainteté de chacun. Par conséquent, nous devons redire souvent le Magnificat et le Gloire à Dieu dans les cieux.
Don Jacques Alberione dans la “Gazette d’Alba”, 20 août 1914-1954

 

Programme du Centenaire (20-24 août 2014)

Dépliant de la Famille Paulinienne

 

 

AddThis Social Bookmark Button
 
NEWSLETTER
Inscrivez-vous à notre "Newsletter" et vous recevrez régulièrement les principales nouvelles
captcha
VIE CONSACRÉE
MAGAZINES

 

SITES D'INFORMATION

www.vatican.vaRadio VaticanasedosAgenzia Fides

Content bottom cap