English Français Italiano Espanol
Left cap
Right cap
Content top cap

Il ne reste plus aucun chrétien à Mossoul

Envoyer Imprimer PDF

17/06/2014

mosulbigNOUVELLES 2014 - En Irak, les djihadistes de l’Etat islamique en Irak et au Levant avancent. Ce mercredi, la ville de naissance de feu Saddam Hussein, Tikrit est tombée, à seulement 160 km de la capitale. Les islamistes et leurs colonnes de véhicules descendent vers Bagdad après avoir pris la ville de Mossoul ce mardi. Manuella Affejee : mp3 icon

A Mossoul, les combats ont commencé le 5 juin dernier, mais il semblaient circonscrits à certains quartiers et les éléments perturbateurs sous contrôle de l’armée. « A l’improviste », explique l’archevêque chaldéen de la ville à Aide à l’Eglise en Détresse, les forces de l’ordre ont abandonné la ville. Plus de la moitié des habitants de la ville, et la totalité des chrétiens ont immédiatement fui vers la plaine de Ninive ou vers le Kurdistan irakien.

« Nous n’avions jamais assisté à une chose semblable (…) une ville comme Mossoul en proie au chaos ». Mgr Amel Shamon Nona, et tous les prêtres de la ville, ont trouvé refuge dans les villages de Kramles et Tilkif, à trois kilomètres de Mossoul. Le prélat raconte que jusqu’à 5 heures du matin, ils ont accueilli des familles en fuite, cherchant à leur trouver à tous un arbis dans les écoles, les salles de catéchisme, dans des maisons abandonnés. « Nous n’avons pas reçu de menace parce que tous les chrétiens ont abandonné la ville (…) qui sait s’ils pourront y retourner un jour », poursuit Mgr Nona. En 2003, 35 000 chrétiens vivaient à Mossoul. Onze ans plus tard, 3 000 jusqu’à ces dernières heures. Aujourd’hui, il n’y en a plus aucun.

Des Peshmergas venues du Kurdistan protègent Kirkuk

Dans la province de Kirkuk, « plusieurs villages ont déjà échappé au contrôle du gouvernement alors que la zone urbaine vit dans une atmosphère suspendue », rapporte l’agence Fides. La population est cloîtrée chez elle alors que les milices kurdes des Peshmergas venues du Kurdistan protègent la ville des djihadistes. Dans les quatre Paroisses chaldéennes de Kirkuk, on prie chaque jour pour que de nouvelles souffrances soient épargnées à la population. « Nous avons suspendu le catéchisme et les activités avec les jeunes pour des motifs de sécurité » raconte le Père Kage à l’agence Fides, mais les églises sont ouvertes.

Le Patriarche d’Antioche des Chaldéens a diffusé une déclaration depuis l’Amérique du nord, où il visitent les communautés chaldéennes américaines et canadiennes. Sa Béatitude Louis Raphael I Sako invite tous ses compatriotes à « ne pas céder à la panique » et à s’unir face aux convulsions sectaires qui mettent en danger la survie même du pays.

Un gouvernement d’unité nationale pour renforcer le contrôle de l’Etat

« Nous croyons, écrit le Patriarche, que la meilleure solution à tous ces problèmes est la création d’un gouvernement d’unité nationale afin de renforcer le contrôle de l’Etat et l’Etat de droit pour protéger le pays, les citoyens et leurs propriété et conserver l’unité nationale ». Dans la partie finale du message, le Patriarche invoque enfin l’aide de « Dieu, source de toute paix » afin que tous les Irakiens puissent affronter les épreuves avec courage et faire l’expérience du don de la paix dans leur vie. (avec agences)

Source: Radio Vatican, 11/06/2014

AddThis Social Bookmark Button
 
NEWSLETTER
Inscrivez-vous à notre "Newsletter" et vous recevrez régulièrement les principales nouvelles
captcha
VIE CONSACRÉE
MAGAZINES

 

SITES D'INFORMATION

www.vatican.vaRadio VaticanasedosAgenzia Fides

Content bottom cap