English Français Italiano Espanol
Left cap
Right cap
Content top cap

Vers l’Assemblée générale de la Conférence des religieux du Brésil : carence de missionnaires destinés à l’Amazonie

Envoyer Imprimer PDF

07/04/2014

Conferência-dos-Religiosos-BrasilNOUVELLES 2014 - Les religieux et religieuses provenant de l’ensemble des régions du Brésil se rencontreront au Centre culturel de Brasilia du 24 au 27 avril afin de préparer l’Assemblée générale annuelle de la Conférence des Religieux du Brésil (CRB nationale). Il s’agira d’un moment de dialogue et de partage entre les coordinateurs et les conseillers nationaux et régionaux sur la réalité dans laquelle s’insère la vie religieuse dans tout le pays. Sera également analysé le plan triennal d’activité, en particulier en ce qui concerne le secteur de la formation et celui relatif aux projets sociaux dans l’ensemble du pays.
Les religieux partageront joies et défis de leurs réalités locales, marquées par des problèmes tels que des catastrophes naturelles qui laissent de vastes zones inondées et des populations dans des situations critiques, comme c’est le cas actuellement dans le nord du Brésil. A São Paulo, l’eau manque. Un autre problème est par ailleurs celui du manque de vocations qui provoque une diminution des présences dans tous les domaines d’action et de service.
Dans la note envoyée à l’Agence Fides, Sœur Maria José de Mesquita, des Filles de Sainte Anne, Secrétaire de la CRB à Manaus, souligne les défis lancés à la mission en Amazonie et le besoin de missionnaires généreux et disponibles à donner leur vie pour servir les communautés qui vivent dans cette zone. Pour la mission dans la zone des deux Etats d’Amazonas et de Roraima, « les missionnaires proviennent d’un autre Etat ou d’autres pays » explique la religieuse. « Il existe quatre zones très isolées à cause des dimensions du Rio Solimões et du Rio Negro. Voila pourquoi le territoire de mission est divisé par zones : Haut Solimões et Moyen Solimões. Pouvoir compter sur des missionnaires en mesure de s’ouvrir à l’inculturation afin de comprendre le langage des peuples indigènes quilombolas, ribeirinhos et caboclos est une grande joie ».

Source: Agenzia Fides, 05/04/2014

AddThis Social Bookmark Button
 
NEWSLETTER
Inscrivez-vous à notre "Newsletter" et vous recevrez régulièrement les principales nouvelles
captcha
VIE CONSACRÉE
MAGAZINES

 

SITES D'INFORMATION

www.vatican.vaRadio VaticanasedosAgenzia Fides

Content bottom cap