English Français Italiano Espanol
Left cap
Right cap
Content top cap

L’Eucharistie en prison – Pologne

Envoyer Imprimer PDF

POLOGNE - A Zamosc il existe deux prisons à l’extérieur de la ville: l’une de haute sécurité pour les prisonniers longue durée les plus dangereux, l’autre pour les peines plus légères. Dans cette dernière les cellules ne sont pas fermées et les prisonniers peuvent aller travailler ou étudier dehors.   D’après ce que j’ai vu, Fr. Tomasz Zwiernik, l’aumônier des deux prisons, est un don de Dieu pour les prisonniers. Il est comme ‘La main droite de Dieu’, même si dans son humilité il ne l’admettra jamais. Dès ma première visite une phrase de l’évangile m’a frappée: «En vérité je vous le dis, les publicains et les prostituées vous précèderont dans le Royaume de Dieu». J’ai vu des gens qui ont commis des fautes graves prier comme des enfants. Je suis sûre que Jésus écoute leurs prières. Qui sait, il est solvente plus heureux avec leurs prières qu’avec les nôtres…   J’ai été profondément émue lorsqu’un jour une intention à la messe a été: «Pour ma victime, au 5ème anniversaire de sa mort»… Ma petite part dans ce travail pastoral est simplement de participer  à la messe et d’aider à l’animation de la liturgie. Je joue et je leur apprends des chants. Une fois  j’ai partagé mon expérience missionnaire. Les détenus chantent comme ils peuvent. Certains sont heureux de le faire, d’autres sont réticents. Cela dit, je n’ai jamais senti que ma  présence était inutile.   Une fois je suis revenue après un temps d’absence et j’ai entendu: «Oh la sœur  est là, cela va être spécial !». Le Père Tomasz a aussi des volontaires. Quelquefois je travaille avec eux et d’autres fois je suis seule.         J’ai eu d’autres moments émouvants, comme le Chemin de Croix le Vendredi Saint dans la prison de haute sécurité. Des gardes ouvraient et fermaient  la marche de la «procession»,  avec une vingtaine de prisonniers au milieu.   Nous nous sommes arrêtés aux «stations» - un morceau de papier collé sur les murs. Pendant que nous passions nous avons entendu des voix venant de des nombreuses cellules fermées. Certaines cellules étaient silencieuses, tandis que d’autres hurlaient une musique assourdissante ou des paroles injurieuses. J’ai pensé: «Ce petit groupe qui a choisi Jésus aujourd’hui est vraiment béni…».   Après la messe de confirmation avec l’évêque, j’ai été touchée par le récit d’un détenu. Il nous a dit qu’il avait compris ce qu’était la liberté depuis qu’il était en prison, car c’est là qu’il sentait qu’il était libre… Je souhaite que nous fassions toutes de semblables découvertes qui revivifient et raniment  notre amour pour Jésus AMOUR.

Alina Zelek, fmm

http://www.fmm.org

Publié: 05/12/2013

AddThis Social Bookmark Button
 
NEWSLETTER
Inscrivez-vous à notre "Newsletter" et vous recevrez régulièrement les principales nouvelles
captcha
Content bottom cap