English Français Italiano Espanol
Left cap
Right cap
Content top cap

« La démocratie, une idée neuve »

Envoyer Imprimer PDF


« Toutes les antennes régionales proposent des lieux de débats ouverts à tous autour de l'enseignement social chrétien, dans l'esprit des Semaines Sociales de France. Chacune fonctionne de façon indépendante », indique Bernard Ibal, Vice-président de l'association des Semaines Sociales de France, en charge du réseau des antennes régionales.

De Lille à Strasbourg, Nantes, Toulouse ou encore Marseille, ce réseau compte actuellement dix-neuf pôles répartis sur tout le pays. Dès l'origine en 1904, les Semaines Sociales de France développent une dimension régionale puisqu'elles ont été créées par un lyonnais (Marius Gonin) et un lillois (Adéodat Boissard). La plupart des autres antennes sont nées il y a une dizaine d'années environ. Chacune est libre de proposer des manifestations et conférences sur des sujets de société divers et variés, au rythme de son choix, selon les équipes et les micro-cultures locales. « C'est très différent d'une ville à l'autre. Une petite antenne comme celle de Montpellier organise une douzaine de rencontres par an. À Toulouse, l'équipe est plus étoffée. Elle prépare deux évènements chaque année », précise Bernard Ibal. Sur place, de nombreux partenariats sont noués : Strasbourg travaille avec le Centre diocésain d'études et d'actions sociales, Toulouse et Angers avec les universités catholiques, etc.

Les responsables d'antenne régionale se rassemblent trois fois par an. Des rencontres qui permettent d'échanger sur les expériences vécues, de mettre en perspective les initiatives et de réfléchir aux thèmes des prochaines sessions nationales. « Chaque ville est très attachée à son propre agenda, mais nous avons une véritable volonté de travailler encore plus en réseau », souligne Bernard Ibal.


Relais et participation des régions à la session nationale


Nombreuses sont les antennes qui se saisissent du thème de la session nationale des Semaines Sociales de France, cette année « La démocratie, une idée neuve », et qui l'abordent localement, en amont ou au retour de l'événement parisien. Fin septembre, 65 personnes ont participé au débat « La sécurité, quels enjeux pour la démocratie ? » qui s'est déroulé au palais universitaire de Strasbourg (photo). Début octobre, « La démocratie au quotidien » a rassemblé 55 personnes à Toulouse et 120 ont répondu à la question « Quelles convictions fondent nos choix ? » posée conjointement par les Semaines Sociales en Bourbonnais et Chrétiens en Forum à Moulins.

« Nous avons accueilli environ un tiers de religieux et de prêtres, de nombreux enseignants, les maires des communes du département et le grand public. Nous essayons d'apporter de la matière pour nourrir la session nationale des Semaines Sociales de France. Au début du printemps prochain, nous proposerons une rencontre pour restituer la session nationale avec une note locale. Nous prendrons un troisième rendez-vous avant l'été sur un sujet qui touche concrètement le département de l'Allier », précise Benoit de Soultrait, responsable de l'antenne de Moulins. Quant à l'antenne bretonne basée à Rennes, elle a déjà prévue sa session complète sur la démocratie le 28 janvier 2012. Invité, Bernard Ibal y esquissera les prochains thèmes nationaux.

Annonce de l'évènement, relais des débats et réflexions, la contribution active des antennes régionales à la session nationale ne s'arrête pas là. Pour le rendez-vous des 25, 26, 27 novembre 2011, chaque ville a été invitée à élaborer une des grilles de réflexion qui permettront de débattre en petits groupes le samedi après-midi autour de : « une éducation pour tous », « la place de l'homme dans l'entreprise », « la redistribution des richesses », « une Europe de la cohésion sociale », « démocratie, médias et Internet », etc. Plus de 300 animateurs sont nécessaires pour coordonner ce temps fort de « délibération démocratique ». Là encore, les antennes régionales puisent dans leurs ressources et recommandent des membres de leurs équipes.

« La démarche proposée pendant l'après-midi du 26 novembre est très intéressante du point de vue de l'expérimentation : il s'agit de faire sur place, ici et maintenant, des tentatives de démocraties délibératives, en insistant au sein des groupes autant sur la manière que sur le résultat. Jean Luc Marion, de l'Académie française, proposera ensuite une vision philosophique de la démocratie telle qu'elle devrait être. Nous pourrons comparer les expériences vécues dans les groupes et la théorie exposée », annonce Bernard Ibal.

 

www.ssf-fr.org

 

www.eglise.catholique.fr

Publié : 26/10/2011

 

AddThis Social Bookmark Button
 
NEWSLETTER
Inscrivez-vous à notre "Newsletter" et vous recevrez régulièrement les principales nouvelles
captcha
Content bottom cap