English Français Italiano Espanol
Left cap
Right cap
Content top cap

Franciscain, ancien otage, à la messe du pape François

Envoyer Imprimer PDF

03/03/2016

Dhiya-AzzizTÉMOIGNAGE - Enlevé deux fois puis libéré, le P. Dhiya Azziz, franciscain, a participé à la messe du pape François, jeudi 25 février, en la chapelle de la Maison Sainte-Marthe, a indiqué le programme brésilien de Radio Vatican .

Curé de Yacobian, 42 ans, d’origine irakienne, il avait été enlevé une première fois en juillet 2015 en Syrie puis avait été libéré au bout de quelques jours. Il avait de nouveau disparu le 23 décembre, alors qu’il rentrait en taxi de Turquie où il était allé rendre visite à ses parents, réfugiés, et avait été libéré le 4 janvier.

De nombreux chrétiens, fidèles laïcs ou prêtre et évêques ont été victimes de groupes djihadistes depuis le début du conflit en Syrie. On reste actuellement sans nouvelle notamment des deux métropolites orthodoxes d’Alep, Mgr Youhanna Ibrahim, évêque syriaque orthodoxe d’Alep  et Mgr Boulos Yazigi, évêque grec orthodoxe d’Alep, frère du patriarche Jean X Yazigi, qui ont été kidnappés en avril 2013, et du jésuite italien Paolo Dall’Oglio, enlevé en juillet 2013 par des islamistes à Rakka, dans l’est du pays.

Les moniales de Maaloula enlevées en septembre 2013 ont été libérées en mars 2014.
Le P. Jacques Mourad, prêtre de l’Église syriaque catholique du diocèse de Homs et supérieur du monastère Mar Elian, enlevé le 21 mai 2015 dans son couvent de Qaryatayn, a retrouvé la liberté le 10 octobre 2015. On peut lire son témoignage bouleversant sur le site de L’Œuvre d’Orient. Il a connu la flagellation et le simulacre d’une exécution à l’arme blanche.

Il concluait ainsi son récit : « Aujourd’hui, je continue d’éprouver pour mes ravisseurs le même sentiment que j’ai eu pour eux quand j’étais leur prisonnier : la compassion. Ce sentiment vient de ma contemplation du regard que Dieu porte sur eux, malgré leur violence, comme Il le porte sur tout homme : un regard de pure miséricorde, sans le moindre désir de vengeance. »

Il a été moine au monastère de Mar Moussa, fondé par le père Paolo Dall’Oglio pour lequel il demandait de continuer de prier : « Aujourd’hui, je sais que la prière est la voie du salut. Il faut continuer à prier pour les évêques et prêtres qui sont encore disparus et dont on ne sait rien. Prier pour mon frère le père Paolo Dall’Oglio. Il nous faut prier aussi pour une solution politique en Syrie. »

Source: zenit.org

AddThis Social Bookmark Button
 
NEWSLETTER
Inscrivez-vous à notre "Newsletter" et vous recevrez régulièrement les principales nouvelles
captcha
Content bottom cap